Une femme qui regarde à l'extérieur. Elle est assise devant une fenêtre à l'intérieur d'un appartement. Le coronavirus en plus positif.
Philo LV2

Le coronavirus en plus positif

Oui Josiane, tu as bien lu « coronavirus » et « positif » dans la même phrase. Mon clavier n’a pas fourché et je vais t’expliquer ce qui m’amène à penser que ce qui nous arrive pourrait ne pas être la fin du monde.

Disclaimer : mon propos n’est pas de célébrer cette épidémie. Il est question de morts et c’est suffisamment grave pour ne pas s’en réjouir. Je souhaite seulement partager mes réflexions sur ce que le confinement peut nous apporter et sur comment l’humanité peut sortir grandie de cette crise.

Spoiler alert : avec le coronavirus, tu vas t’ennuyer

Un chien noir et blanc devant une fenêtre dans un appartement.
coronavirus en plus positif.

Sévèrement. Passée l’euphorie d’avoir enfin du temps pour rincer Netflix, tu vas trouver le temps long. Pas moyen d’aller tailler une bavette en terrasse. Exclue aussi ta séance exutoire à la salle de sport : les tutos de Sissy sont sympas mais voir ta voisine d’haltères plus rouge que Gégé en fin de soirée, ça n’a pas de prix. Tu n’as plus non plus l’occasion de claquer ton salaire chez Zarouille. Tout ce que tu avais l’habitude de faire pour tuer le temps n’est plus faisable.

Bon, super. A quel moment cet article devient positif ?

Bonjour l’ennui, enchanté

Une femme brune et blanche de peau, de profil, le visage vers le haut avec un livre à la couverture noire qui lui cache le visage.
coronavirus en plus positif.

Tu connais l’ennui ? L’ami qui s’invitait pour tes vacances à la campagne chez ton grand-oncle quand tu avais 11 ans ? Si tu te souviens bien, à l’époque tu n’avais ni téléphone, ni ordinateur. Tout ce que tu avais c’était un jardin sur lequel chaque matin, le soleil du printemps faisait se lever la délicieuse senteur des fleurs. C’était des après-midis sur la balançoire à regarder le ciel en rêvant ta future vie. C’était les cours de tricot de ta grand-mère avec les anecdotes de sa vie en arrière-fond.

Alors oui, tu t’ennuyais de tes amis et de tout ce qui socialement remplissait ta vie. Mais au fond, ne gardes-tu pas un souvenir ému de ces périodes d’ennui ? N’es-tu jamais revenu.e apaisé.e de vacances qui s’annonçaient longues ?

L’ennui en 2020 version Covid-19 prend une forme moins bucolique pour toi peut-être. Tu es chez toi, avec un chat, une connexion internet, peut-être une famille et/ou un.e chéri.e. Tu as des distractions certes, mais elles sont limitées et tu vas t’en lasser si ça dure (la belle aventure).

Ce dont tu vas surtout prendre conscience, c’est la quantité incroyable d’activités dont ton quotidien est normalement constitué. Tu vois à quel point tu cours d’une chose à une autre sans temps de pause ? Comment tu trompes l’ennui en prévoyant ta prochaine distraction dès lors que tu viens d’en achever une. C’est Schopenhauer qui parlait d’effort à aller d’activité en activité. Malgré toi, tu dépenses de l’énergie pour rester occupé.e et tu t’en rend compte quand tu passes le pas de ta porte le soir et que tu finis tête la première dans les coussins si moelleux de ton canapé. Tu cherches à t’occuper, contraint.e par le temps social. Car ce qui fatigue aussi, c’est de ne pas respecter ton rythme.

Moins et mieux

Un homme à la peau matte assis, la tête penchée en arrière et les mains derrière la tête. Il a un casque sur les oreilles et il ferme les yeux.
coronavirus en plus positif.

Le confinement dû au coronavirus réduit tes possibilités d’activités. Mais surtout, il ouvre la porte à des activités plus calmes, plus centrées sur toi. Et même si ton truc si les jeux vidéo sanglants, tu seras plus enclin.e à écouter ton rythme.

Tu ralentis, le monde ralentit.

« Avec moi, la croissance »

Un tourne disque posé près d'une fenêtre avec des fleurs et des plantes dans des petits pots.
coronavirus en plus positif.

J’ai toujours entendu les politiques faire les louages de la croissance. C’est donc l’objectif ultime ? La dynamique à tenir pour le bien de l’humanité ?

Déjà, quel est ce besoin de vouloir s’agrandit, accroitre ses bénéfices, posséder plus, viser plus grand ? Leur a-t-on déjà dit que la Terre était ronde ? Une fois qu’on en a fait le tour, c’est retour à la maison. La Terre est un écosystème fini et elle a une surface limitée. Des ressources limitées. Mathématiquement, c’est absurde de penser que l’humanité va s’y accroitre sans fin.

Scoop : nous sommes des mammifères. Scoop bis : le monde n’a que faire de notre envie de s’élever au-dessus des espèces. L’être humain a autant d’importance que la mouche, le paresseux, le koala ou la punaise de lit. A l’échelle de la Terre, on est juste une espèce animale parmi les autres. Elle a toujours su se débarrasser des espèces nuisibles (cf l’extinction des dinosaures). J’ai tendance à voir l’épidémie de coronavirus comme un juste retour de karma. Donc nos envies de nous épandre sans jamais penser à mettre un point final, c’est se placer au-dessus des lois de l’univers. Et que sommes-nous à l’échelle de l’univers ? Une poussière qu’une pichenette suffira à mettre hors d’état de nuire. Un virus par exemple ?

Déjà du positif pour la planète

Des images satellites de la réduction de la pollution en Chine ont été partagées par les médias. Le virus nous oblige à ralentir nos activités, nos productions. Et la Terre en profite pour reprendre son souffle.

Espérons que l’être humain ne se réengage pas dans le productivisme avec une hargne proportionnelle aux jours d’inactivité lorsque le coronavirus sera rendu moins virulent.

Ralentir pour se recentrer

Zomm sur des mains qui préparent une tranche de pain avec de la confiture.
coronavirus en plus positif

Je vois cette situation un peu comme les jours de neige : ces jours-là, pas d’autre choix que de ralentir. Le monde a posé un voile blanc, comme une chape de silence. Tentez de ne pas être celui qui râle de ne pas pouvoir être à 9h tapantes devant son poste de travail parce que les voitures roulent au ralenti. Dites-vous que le monde va continuer de tourner. Qu’il vous est donné une occasion de prendre soin de vous, de souhaiter le meilleur pour vos proches.

Tu vas lire ce bouquin que tu t’étais promis de lire.

Tu vas découvrir le bonheur d’avoir le temps.

Tu vas découvrir que tu n’as pas besoin de Valérie Damidot pour ta déco.

Tu vas commencer malgré toi l’écriture de ce roman qui te démange les doigts et te titille l’esprit depuis 2 ans.

Tu vas te rendre compte qu’il en faut peu pour être heureux.

Tu vas te recentrer sur toi, te rendre compte de ce qui te fais du bien, ce qui ne t’en fais pas.

Tu vas découvrir un mooc sur un thème qui te passionne.

Tu ne vas plus plaindre de t’être déplacé pour rien (oh il n’y a plus de pain ? Tandis, je vais en décongeler. Merci Madame la boulangère, prenez soin de vous) parce que le moindre déplacement vaut de l’or.

Le coronavirus fait peur? Mais respecte cette pause que l’on nous impose. Redécouvre le plaisir de vivre avec vous-même.

Stay safe,

A très vite ❤

2 Comments

  • Louane

    Hello!
    Ton blog est vraiment chouette, j’y puisse beaucoup d’inspiration!
    J’ai beaucoup aimé ton dernier article mode aussi, sur les chemises, il me donne pleins d’idées!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *